Contes mexicains

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Contes mexicains

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:34

L'Américain et le Mexicain



Un investisseur américain se promène au bord de l'eau dans un petit village côtier mexicain. Un bateau rentre au port, contenant plusieurs thons. L'Américain complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses poissons et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer.
« Pas très longtemps », répond le Mexicain.
« Mais alors, pourquoi n'êtes vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus ? » demande le banquier.
Le Mexicain répond que ces quelques poissons suffiront à subvenir aux besoins de sa famille.
L'Américain demande alors : « Mais que faites-vous le reste du temps ? »
« Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir je vais au village voir mes amis. Nous buvons du vin et jouons de la . J'ai une vie bien remplie. »
L'Américain l'interrompt : « J'ai un MBA de l'université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l'argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu'à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre vos poissons à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l'usine, et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico City, Los Angeles, puis peut être New York, d'où vous dirigeriez toutes vos affaires. »
Le Mexicain demande alors : « Combien de temps cela prendrait-il ? »
--- 15 à 20 ans, répond le banquier.
--- Et après ?
--- Après, c'est là que ça devient intéressant, répond l'Américain en riant. Quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions.
--- Des millions ? Mais après ?
--- Après, vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme, et passer vos soirées à boire et à jouer de la avec vos amis. »

avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes mexicains

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:35

L'oiseau de nuit



Il y a un oiseau dont personne ne connaît l'aspect; il sort la nuit et quand il chante, il imite les pleurs d'un bébé. S'il vole au-dessus d'une maison où il y a un nouveau-né et qu'il laisse tomber une plume sur le toit, cela veut dire que l'enfant va beaucoup pleurer et qu'il va tomber malade.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'oiseau xtacai

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:36



La poitrine et la tête de cet oiseau sont jaunes et ses ailes sont noires. S'ils se rassemblent et volent autour de la maison en chantant, alors attention : les gens vont commencer à jaser et il y aura certainement des potins dans le voisinage.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

La cigale

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:37


La cigale est un insecte qui fait beaucoup de bruit. Elle passe son temps à chanter par ci par là. Quand elle s'arrête pour chanter tout en haut d'un grand arbre, cela veut dire qu'il y aura sécheresse, et qu'elle risque d'être longue. Si elle chante au pied de l'arbre, sur le tronc, alors la sécheresse sera de courte durée.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

la sauterelle

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:40



La sauterelle est un insecte vert qui aime sauter et manger des feuilles. Quand elle entre dans une maison et se pose sur quelqu'un, cela veut dire qu'une personne venant de loin va apporter de l'argent. Si la sauterelle est très grande, la somme sera forte ; si elle est petite, la somme sera petite.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

LA SORCIÈRE TRISTE

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:41

La sorciere triste


L'on raconte, à la ferme dite El Centro, que dans le temps, il apparaissait des sorcières transformées en bêtes, qui attendaient que quelqu'un passe sur le chemin pour lui sucer le sang.

C'est pour cela que personne ne sortait après le coucher du soleil. Il n'y avait qu'un homme qui n'y croyait pas; il vivait en bordure de la ferme avec son petit-fils de trois ans qui le suivait partout. Il n'était pas rare que les deux restent plusieurs jours à la montagne pour surveiller le bétail. Ils s'installaient à côté d'un arbre et, la nuit tombée, ils s'endormaient sans s'inquiéter ni de sorcières ni d'apparitions.

Un jour, arrivés dans la forêt à la nuit tombante, l'enfant ne tarda pas à s'endormir. L'homme l'enveloppa dans une couverture et alla ensuite ramasser du bois. Il était déjà assez loin de l'arbre lorsqu'il entendit un fort cri de femme venant de l'endroit où se trouvait son petit-fils. Il courut retrouver l'enfant. Dans l'arbre le plus près du garçon il y avait une chouette aux yeux brillants et à l'aspect terrifiant. Quand il la vit, l'homme lui jeta une pierre pour l'effrayer, mais au lieu de cela, la bête s'approcha de l'enfant. Alors l'homme prit son petit-fils dans ses bras et se mit à prier en regardant la chouette droit dans les yeux. Et voilà que la chouette se tut et tomba de l'arbre.
L'homme continua à prier; la bête se roula par terre et finit par se transformer en une fille qui habitait la ferme. - Je vous en supplie, ne dévoilez mon secret à personne, dit la sorcière.
- Seulement si tu me promets de ne pas t'approcher de nous, répondit l'homme .
L'homme ne révéla jamais le nom de la fille mais il raconta aux voisins qu'il avait vu une sorcière et que c'était une femme qu'ils connaissaient tous.
Depuis ce moment-là, l'on entend de tristes lamentations de femme dans l'arbre; l'on dit que c'est la sorcière qui pleure parce que quelqu'un connaît son secret.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le chat

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:46



Le chat est un moustachu à quatre pattes qui aime beaucoup dormir et est très rusé. Quelquefois, il s'assied sur une chaise et commence à faire sa toilette; il se lèche les pattes pour se laver le visage. Ceux qui le voient dans cette position savent qu'ils auront bientôt de la visite. Alors ils font le ménage et veillent à ce que tout soit prêt pour accueillir le visiteur.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

le chien

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:47



Ce petit animal à quatre pattes est très sociable et intelligent. Quand il est content, il remue la queue très vite et quand il rit, on voit ses dents. Quand les chiens aboient et pleurent longuement en faisant "aouuu, aouuu, aouuu", cela veut dire qu'il y aura un accident ou un mort dans le village.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le colibri

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:48



Le colibri est un oiseau de très petite taille, au vol rapide et aux couleurs brillantes. Il a un bec plus long que celui des autres oiseaux; il s'en sert pour tirer le nectar des fleurs, dont il se nourrit. Quand un colibri entre dans une maison, ses habitants rient et sont contents parce qu'il apporte toujours un message de bon augure. Leur visage rayonne de bonheur avec la présence d'un colibri.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le coq

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:48


Le coq marche sur deux pattes, a beaucoup de plumes multicolores et une crête très colorée. Avant le lever du jour, il commence à chanter "ki ki ri ki ki ri ki", annonçant ainsi l'arrivée d'un nouveau jour. Quelquefois il chante à minuit, annonçant ainsi que le jour qui vient sera très nuageux.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

le hibou

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:49


Le hibou aime la solitude. Il est dodu, sérieux et a un grand bec et des griffes. Il garde les yeux grands ouverts et il y voit très bien la nuit quand il part à la chasse. Il dort toute la journée et vole sans faire le moindre bruit. Quand il passe au-dessus d'un toit en faisant "houuu, houuu, houuuu", il annonce une mort prochaine dans le quartier.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

le papillon

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:49


Le papillon de grande taille est très différent des petits papillons. Ses couleurs sont le noir et le bleu, très brillants, et il a une tache noire sur les ailes. Quand il entre dans une maison, il cherche, il cherche un coin jusqu'à ce qu'il l'ait trouvé; alors, il s'arrête, replie ses ailes et dort tranquillement. Quand un papillon s'abrite dans une maison; l'on sait qu'il va pleuvoir très fort. Ce qui est amusant, c'est que XMAJAN-NAI, leur nom maya, veut dire "cherche maison"!
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le serpent

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:50


Quand le serpent à sonnettes remue la crécelle qu'il a au bout de la queue, il avertit de sa dangereuse présence. Il est brun et gris, et peut être d'une grande longueur. Des fois, il émet un bruit pareil à un sifflement et quand d'autres serpents lui répondent en sifflant aussi, cela veut dire que le vent du nord va souffler et que pendant plusieurs jours, le ciel sera couvert et pluvieux.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le travail et le but de la vie

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:51



Au bord de l’eau, dans un petit village mexicain, un bateau rentre au port. Un américain qui est là, complimente le pêcheur mexicain sur la qualité de ses prises et lui demande combien de temps il lui a fallu pour les capturer.
- " Pas très longtemps ", répond le Mexicain.
- " Mais alors, pourquoi n’êtes-vous pas resté en mer plus longtemps pour en attraper plus? " demande l’Américain.
Le Mexicain répond que ces quelques poissons suffisent à assurer la subsistance de sa famille.
- L’Américain demande alors : " Mais que faites-vous le reste du temps? "
- Je fais la grasse matinée, je pêche un peu, je joue avec mes enfants, je fais la sieste avec ma femme. Le soir, je vais au village voir mes amis, nous buvons du vin et jouons de la . J’ai une vie bien remplie.
- L’Américain l’interrompt : " J’ai un MBA de l’université de Harvard et je peux vous aider. Vous devriez commencer par pêcher plus longtemps. Avec les bénéfices dégagés, vous pourriez acheter un plus gros bateau. Avec l’argent que vous rapporterait ce bateau, vous pourriez en acheter un deuxième et ainsi de suite jusqu’à ce que vous possédiez une flotte de chalutiers. Au lieu de vendre votre poisson à un intermédiaire, vous pourriez négocier directement avec l’usine et même ouvrir votre propre usine. Vous pourriez alors quitter votre petit village pour Mexico, Los Angeles, puis peut-être New-York d’où vous dirigeriez toutes vos affaires. "
- Le mexicain demande alors : " Et combien de temps cela prendrait-il ? "
- " 10 ou 20 ans ", répond l’Américain.
- Et après?
- " Après? C’est là que ça devient intéressant ", répond l’Américain en riant, " quand le moment sera venu, vous pourrez introduire votre société en bourse et vous gagnerez des millions. "
- Des millions? Mais après?
- Après?
- " ... Vous pourrez prendre votre retraite, habiter dans un petit village côtier, faire la grasse matinée, jouer avec vos enfants, pêcher un peu, faire la sieste avec votre femme et passer vos soirées à boire et à jouer de la avec vos amis…

avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Le ver

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:51


Le ver chamalkin peut être noir ou vert; il a la taille d'un crayon. Si ces vers se rassemblent en grand nombre dans le tronc d'un arbre, l'on sait qu'il faut prendre ses précautions car un cyclone approche, très dangereux et destructeur
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les abeilles

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:52



Quand les abeilles volent, elles font "bzzzz, bzzzz, bzzzz". Elles vivent en colonies et quand elles piquent, ça pique bien plus fort que le piment habanero! Lorsqu'un essaim s'installe dans une maison ; cela veut dire que ses habitants vont déménager et que la maison va être abandonnée.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les libellules

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:53


Les libellules sont des insectes aux couleurs brillantes; elles sont maigres, ont de grands yeux et quatre ailes. Quand elles entrent dans une maison et y volètent, les personnes qui y habitent commencent à balayer et à tout nettoyer parce que la libellule leur signale que quelqu'un va venir les voir. Quand le visiteur arrive, la maison est propre et tout est prêt pour le recevoir.
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Les tribulations d'une ligne droite

Message par Valerie-M-kaya le Jeu 15 Avr - 14:54



Une ligne droite bien tracée, qui en avait assez de se sentir droite, rêvait d'être un cercle. Elle se savait si droite, si insignifiante, pas drôle du tout, que, prête à prendre des risques, elle décida de quitter son espace et de chercher le moyen de réussir.
Sur la plaine d'une feuille, elle rencontra une figure en équerre.
- Bonjour, ligne droite, lui dit la figure.
- Bonjour, répondit-elle, surprise. Qui es-tu? Tu as l'air différent.
- Je m'appelle angle. J'ai l'impression que nous devons être de la même famille. Où vas-tu?
- J'aimerais apprendre à être un cercle. Pourrais-tu me montrer comment faire?
- Un cercle, non, mais si tu veux, un angle.
- Intéressant! Qu'est-ce que je dois faire?
- C'est très facile. Tu n'as qu'à te plier en deux, comme ça.
- Mais dis-moi, on est drôlement bien en angle; c'est bien, plus drôle que d'être simplement une ligne droite.
- Et ça ne s'arrête pas là, dit l'angle plein d'enthousiasme. Si tu as 90 degrés, tu t'appelleras angle droit. Si tu en as plus, tu seras obtus. Si tu en as moins, tu seras un angle aigu. Tu vois comme c'est amusant!
- Oh oui! répondit la ligne droite, changeant le nombre de degrés pour former différents angles.
Un jour, elle en eut assez d'être un angle obtus, un angle droit, un angle aigu, et elle décida de reprendre sa position initiale pour poursuivre sa route. L'angle lui conseilla d'aller voir son cousin le triangle, peut-être que lui...
Le triangle était un personnage très amusant. La ligne droite le trouva en train de produire de la musique avec un petit bâton, dans un orchestre.
- Toi, tu dois être la ligne droite qui veut être un cercle! L'angle m'a crié que tu allais venir. Si tu veux, je pourrais te montrer comment devenir un triangle, et même jouer dans un orchestre, mais en cercles, je ne m'y connais pas vraiment. Fascinée, la ligne droite l'écoutait, bougeant ses yeux en traits sans ciller. Le triangle vibrait d'enthousiasme et de vie.
- Si tu as appris à être un angle, tu dois savoir que moi, j'en ai trois.
Divise ta ligne en trois sections: la première et la deuxième en angle aigu et nous joignons la troisième à la première. Tu peux être un triangle isocèle si tes côtés sont plus longs que ta base; un triangle équilatéral si les trois côtés sont égaux. La ligne droite suait à gros degrés pour suivre ces indications.
- Très bien, dit le maître en applaudissant. Maintenant nous savons que tu peux être un vrai triangle.

Ceci satisfit la ligne droite pour un certain temps; mais bientôt, elle décida qu'être un triangle ne lui suffisait pas. Le triangle lui suggéra alors d'aller rendre visite au carré. Elle trouva ce monsieur très occupé mais quand il eut fini de lire la lettre de recommandation, il accepta de l'aider.
- Si tu as pu te transformer en triangle, il n'y a pas de raison que tu ne puisses pas te changer en carré. Maintenant, tu te diviseras en quatre parties égales au lieu de trois. La première, tu la plies vers le haut; la deuxième reste en bas; voilà! Maintenant, tu as un angle droit. La troisième encore vers le haut, en équerre. Maintenant, tu as deux angles droits; et tu joins la quatrième partie à la première. Comme ça, tu as quatre angles droits de 90 degrés.
- Tu vois comme c'est facile! Si tu étires l'angle d'en haut et l'angle d'en bas, tu peux te transformer en losange.
La ligne droite suivait docilement toutes les instructions de son maître le carré. Après avoir atteint son objectif, elle dit:
- Je te remercie, carré, pour toutes tes explications, mais tu sais ? Je voudrais être un cercle et je ne sais pas comment faire.
- C'est moins difficile que tu ne le penses, répondit le carré.
-Vraiment?
-Après avoir été angle, triangle et carré, tu es plus agile et plus souple. Je ne crois pas que ce sera un problème. Voyons, touche la tête avec les pieds... Mais non! Qu'est-ce que je dis! C'est du sérieux, la science,et il toussa.
La ligne droite prit congé de lui. Ses yeux brillaient. Sur sa route, elle tomba sur une orange. Ce fut si subit que la ligne droite en perdit la parole d'émotion.
- Bonjour, dit l'orange. Qu'est-ce qui t'arrive?
La ligne droite cligna des yeux , se sentant découverte.
- Tu es belle.
(touche la tête avec les pieds... se rappelait-elle)
- Merci, répondit l'orange d'un petit air de fleur d'oranger.
- Je t'ai tant cherché et maintenant que je t'ai trouvé...
- Est-ce que je peux faire quelque chose pour toi? demanda l'orange, piquant un fard orangé.
- Je... je ne sais pas comment le dire, balbutia la ligne droite, morte de honte.
- Allez! N'aie pas honte.
- Bon. Elle le regarda de biais. Je peux t'embrasser?
- M'embrasser ? s'exclama, étonnée, l'orange.
- Oui, répondit la ligne, ondulant d'émotion. Si je t'embrasse, je pourrai prendre forme. Le contact avec toi me permettra d'être ce que j'ai toujours voulu être: un cercle! Sans toi, je ne serai qu'une ligne droite parmi d'autres lignes droites, sans grâce, pas drôle du tout.
- Ah bon ! répondit l'orange. Je suis heureux de pouvoir te servir à quelque chose.
La ligne droite commença à s'allonger jusqu'à devenir une demi-lune. Si seulement je pouvais grandir un peu plus!" soupirait-elle. Sans bouger, l'orange l'encourageait en silence. "Si tu touches la tête avec les pieds, tu mettras le monde à l'envers."
Transformée en cercle par le baiser, la ligne remercia chaleureusement l'orange et partit en faisant des bonds. L'orange, émue, pleura une goutte de jus d'orange. Comme cercle, elle découvrit la rondeur du monde, elle rebondissait, se sentant balle, ballon, soleil, bulle de savon; elle entoura un oeuf et se transforma en ovale, mais à peine avait-elle embrassé une étoile qu'elle se rendit compte comme c'était merveilleux d'être une ligne droite.
"Et moi qui pensais que j'étais si insignifiante, si plane, j'ai toutes les possibilités de l'univers: si je le souhaite, je peux être un triangle et faire partie d'un orchestre; je peux être une boîte, un soleil ou une étoile; je peux même m'amuser à être un griffonnage ou encore je peux être aussi longue qu'une route. De toutes les formes, de toutes les beautés, j'ai découvert que je suis la plus amusante, parce que je peux me transformer en ce que je veux."


avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 871
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Contes mexicains

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum