L'hiver arrive...

Aller en bas

L'hiver arrive...

Message par ressilap le Dim 2 Déc - 15:00

Au moulin, rien ne semble avoir changé et pourtant l'habillement est différent.

L'hiver est à deux doigts de mettre les pieds dans ce beau paysage. Peu de feuilles encore sur les arbres qui s'amusent à côtoyer ceux aux feuillages caduques. Les couleurs sont moins diverses, nous sommes plus dans les gris et encore un peu de rouilles ou de jaunes. Les troncs sont plus visibles et le tableau fait penser aux dessins Japonais. Seul les résineux et les mousses sont encore verts. Les feuilles virevoltent au vent, recouvrant le sol tel un jolie matelas couleurs brunes.

La cascade charrie plus d'eau. Depuis quelques années ici aussi les précipitations sont moins nombreuses mais plus drues. C'est toujours étonnant de voir ce petit ruisseau qui devient rivière et donne son nom à un Département. Les méandres et les petits barrages de pierres se voient moins. La hauteur du débit lisse et amoindris les diversités du parcours.
Un héron vient parfois chasser ou boire je ne sais pas, les deux certainement, enfin je suppose.

Les saules du parc ont été étêtés. La piscine recouverte. Les salons de jardins rangés. Une tristesse s'est installé de par la saison qui souvent se nomme ''morte''.

Parfois un marcheur passe sur les roches de la propriété. La cascade est connue et noté sur les guides touristiques

Aujourd'hui, comme souvent, les rayons de soleil poussent les nuages et éclairent le cadre enchanteur, puis, on ne sait pas pourquoi et aussi vite, la pluie tombe en averse dont les grosses gouttes s'éclatent sur le sol, en une multitude de gouttelettes.

Les volutes de fumés sortent du conduit de cheminé de la chaufferie. Elles s'étalent blanches et se décomposes telle une broderie ou de la dentelle. Elle évolue en direction des bois et s'accroche parfois aux branches, pour ensuite disparaître. La chaudière avalent les m3 de bois déchiquetés, nouvelle tendance d'économie verte.

Déjà il arrive que le matin le gel prenne, ou qu'il y ait averse de neige. Rien ne tient réellement, la saison approche mais le sol est encore assez chaud pour diluer tout cela.

Les trois chats de la maison sont en mode hivernal. Ils passent leur temps à se reposer, puis, lentement, vont vers leurs gamelles d'eau, de croquettes pour se rassasier. Parfois, on ne sait pourquoi, l'un d'entre eux se met à grogner et part en courant à la suite de son frère ou sœur félin. Un regard de travers peut être, ou le fait d'avoir touché à sa gamelle, impossible à dire. Parfois il y en a encore un qui demande à sortir. Généralement c'est toujours le même. Il chasse, saute, court dans le parc et va parfois jusque sur la route. Étrangement c'est aussi lui qui tourne en rond pour attraper sa queue, ou encore chasse une ''bestiole'' visible qu'à ses yeux. Spectacle étrange que de le voir tourner en rond sur le sol de la véranda.
Ils perdent leurs poils, hivers oblige. Parfois je me demande si je ne vais pas finir enfoui par toute cette quantité en perdition. Je me demande si je ne devrais pas prendre un GPS et un tuba pour réussir à m'en sortir.

Il n'y a pas si longtemps un troupeau de bovins était descendu sur le domaine. Rien de grave, hormis la surprise pour un citadin tel que moi, qui se demande comment les faire partir. Vingt bêtes ce n'est pas rien. J'ai fait comme dans les films, et malheureusement il est parti sur la route ce fameux troupeau. Les Mairies, la Gendarmerie se sont mis en branles pour trouver le propriétaire et lui demander de récupérer son troupeau perdu.
Pendant deux jours un petit veau était resté perdu, il allait de la route à la propriété. Il beuglait cherchant sa mère. Étrangement le deuxième jours, une vache était revenue, certainement pour le chercher. Le paysan était fort content de ne pas avoir perdu de tête de bétail.

La télévision crache les informations ou des émissions, seul et mon ordinateur, je cherche, j'écris, tout en écoutant en bruit de fond. J'ai toujours cette vision en face de moi, ce cadre naturel.
Pour éviter de devenir sauvage moi aussi, je vais chaque jour, ou presque, faire du sport à quinze minutes de route sinueuse. Piscine et musculation, puis quelques courses. J'en profite pour échanger avec quelques personnes du cru. Seul les ¾ du temps cela me permet de sortir et ne pas sombrer.

Un cinéma surprenant de modernité existe dans ce village. Oh les films ont parfois deux ou trois semaines de retard, mais ce n'est rien du tout. L'impression de ne pas être coupé du monde est amoindris. Les villageois sont assez accessibles. On est bien accueillis.

Je ne marche presque plus dans la région, j'ai visité presque toutes les villes et villages à 2 heures de routes. Marcher seul sans croiser de personnes n'est pas spécialement agréable pour moi . Oui les sous bois et les panoramas sont beaux, mais seul sans pouvoir débattre de ce que l'on voit n'est n'est pas bien folichon.

Étrangement c'est en roulant, lentement sur les petites routes sinueuses et en écoutant un cd de SADE que les mots me viennent, ou en attendant l'ouverture de la salle de sports. Sur tous les sujets. Je ne sais pas pourquoi, c'est presque un automatisme.

J'aime toujours découvrir les hameaux, les troupeaux dans les prés, les bocages, au gré de mes déplacements. Ce n'est jamais la même vision, chaque jour le spectacle est changeant en fonction des déplacements des uns ou des autres, de l'heure de mon passage, du soleil, de la pluie, les éléments entrant fortement dans les perceptions diverses.
Il y a toujours un petit serrement au cœur lorsque les voitures se croisent, de peur que les roues tombent dans le caniveau de terre. Croiser un engin agricole est plus que fréquent, en général ils se débrouillent pour me laisser passer. Un geste de la main pour se dire merci est toujours de bon goût.

Ces routes réservent toujours un lot de surprise avec ses faisans mâles ou femelles presque à pouvoir les toucher. Parfois une vache échappée de son pré est là devant, au milieu d'un tournant. Ou alors le chien de la ferme d'à côté se croyant le maître du monde, aboyant en nous laissant passer. Essayant de l'éviter pour ne pas l'écraser.
Un rapace passe en piqué, à la recherche de sa pitance, passant à deux doigts du pare brise. Oui le cadre est bucolique.
avatar
ressilap

Nombre de messages : 540
loisirs : muscu, lecture, vtt, marche, ...
Humeur : pas trop mâle (sourire)
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hiver arrive...

Message par Valerie-M-kaya le Ven 14 Déc - 7:31

il partira bientôt
le printemps, son nez, pointera aussi tôt !

mille bises pour vous
avatar
Valerie-M-kaya

Nombre de messages : 875
Date d'inscription : 21/03/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hiver arrive...

Message par ressilap le Ven 14 Déc - 10:10

Valerie-M-kaya a écrit:il partira bientôt
le printemps, son nez, pointera aussi tôt !

mille bises pour vous

Eclosions multiples, panel de couleurs, le Printemps suivra cet hiver........comme un nouveau recommencement.

Milles bises aussi à vous.........
avatar
ressilap

Nombre de messages : 540
loisirs : muscu, lecture, vtt, marche, ...
Humeur : pas trop mâle (sourire)
Date d'inscription : 29/11/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'hiver arrive...

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum